Atsu Atsu, chaud devant !

Atsu Atsu qui signifie « Chaud, chaud » propose une cuisine japonaise simple et authentique. Le fondateur Christopher Wagner a beaucoup voyagé au Japon pour ses études et a voulu importer en France, la « vraie »cuisine japonaise où sont présents les plats chauds par opposition aux sushis qui sont souvent la seule alternative qu’on nous propose en terme de gastronomie nipponne.

Si je connaissais déjà bien les donburis et ramen grâce à mon restaurant fétiche sur Paris « Higuma », il y avait tout de même certaines spécialités japonaises que je n’avais jamais encore osé gouter.

J’avais vu plusieurs avis sur ce restaurant et le tester lors d’une escapade parisienne avec mon acolyte Benoît était la meilleure façon de se faire un avis.

Sur le papier, le concept c’est trois ambiances avec un comptoir à l’entrée où les quelques places permettent une immersion dans la petite cuisine ouverte et la préparation surprenante des takoyakis, puis une seconde salle que je qualifierais de classique.. des tables, des chaises…un brin cantine et enfin un espace un peu plus cocon et immersif avec de grandes tables chauffantes nichées au ras du sol. C’est cette dernière option que nous avons pu tester et qui nous a, disons le dès le départ, fortement séduite.

Pour s’attabler, on vous propose de retirer vos chaussures ou de choisir de revêtir des chaussons (qui m’ont rappeler des souvenirs de crèche…private joke).

On est pas mignons avec ça ?

L’accueil est bon et on nous présente la carte en nous précisant que lorsque nous aurons fait notre choix nous pouvions l’indiquer aux serveurs via ce petit boitier magique… Une bonne idée, à partir du moment où cela ne se substitue pas aux conseils ou à l’accueil des serveurs, je suis pour ce genre de petit plus technologique. La serveuse savait quand venir et ne nous a donc pas pressé pour choisir…c’est gagnant gagnant.

Côté plat nous décidons de tester les spécialités et de partager des takoyakis (5€) qui sont des bouchées toutes rondes composées de pâte à crêpe fourrées avec du poulpe traditionnellement puis relevées avec une sauce (au choix) et de la bonite séchée. C’est moelleux au cœur et pas caoutchouteux. Une vraie bonne découverte !

Nous avons également goûté le karaagé (9€), des beignets de poulets croustillants marinés au gingembre. Ils étaient également très bons.

Puis notre choix c’est porté sur des okonomiyakis classiques aux crevettes (de 13 à 19 €), des galettes à base de choux auxquelles on ajoute les ingrédients qui nous font envie et qui est cuite sur une plaque chauffante puis nappées de sauce Otafuku (sauce sucrée vinaigrée). Deux variantes de cuisson sont proposées : Kansai-fu où on mélange tous les ingrédients dans un bol, on dépose la préparation sur le Teppan et on la laisse cuire sur chaque face et Hiroshima-fu où les ingrédients sont cuits en couches successives avec des nouilles au centre.

C’est cette dernière méthode que nous avons choisi et qui nous a littéralement régalé. Accompagné d’un bon thé vert, ce repas copieux nous a convaincu pour une prochaine visite…et cela tombe bien car nous n’avons pas testé les desserts ce jour là. Dommage, car ils avaient l’air de bonne facture, ce qui est rare dans les restaurants japonais.

A noter, la souplesse de la serveuse qui enchaine les débarrassages de table et le service à genoux dans la salle du fond avec une telle agilité que lorsqu’on s’extirpe péniblement de notre siège on en rougirait presque de honte.

Mon conseil : jeter un œil en sortant à la fabrication des takoyakis…

Petit plus ++ : Atsu Atsu chez vous ? C’est possible avec le site Deliveroo.