La gastronomie estonienne à travers 10 plats typiques

La culture de l’Estonie n’est pas la seule à être merveilleuse, sa gastronomie l’est tout autant. Tout comme de nombreux voyageurs la choisissent comme destination, de nombreux convives approuvent les surprises de la cuisine estonienne. Les traits originaux de sa culture subsistent dans son folklore et dans certains plats de la cuisine estonienne typique. Ce pays, ainsi que la Lituanie et la Lettonie, est connu pour avoir reçu de nombreuses invasions au cours de son histoire. La présence de ces autres peuples a influencé la cuisine estonienne. Vous trouverez donc dans les plats estoniens une forte présence de la tradition russe, allemande et scandinave.

Introduction à la gastronomie estonienne

De nombreux plats typiques estoniens sont riches en fruits sauvages et en champignons. Mais cela n’a pas toujours été le cas, car les champignons n’ont fait partie du régime alimentaire estonien qu’au XXe siècle.

D’autres plats typiques de l’Estonie sont à base de lait et de ses dérivés, mais avec un goût légèrement acide : par exemple, le babeurre, la crème et le beurre fermenté. Vous découvrirez que son plat national le plus connu est le verivorst, un boudin dont la préparation et les ingrédients varient à la manière estonienne. Bien que cette saucisse soit populaire et représentative, elle est surtout consommée en hiver, plus précisément la veille de Noël.

Le poisson est également un ingrédient très important du régime estonien ; il provient de la mer Baltique et des nombreux lacs et rivières du pays. Avant le XIXe siècle, les navets et le rutabaga étaient utilisés dans la plupart des plats ; aujourd’hui, la pomme de terre est un ingrédient très important de la cuisine estonienne.

Les 10 plats incontournables de l’Estonie

Le chou aigre suédois

Le chou aigre est l’un des ingrédients les plus utilisés dans la cuisine estonienne typique. Dans le cas du mulgikapsad, le chou aigre est un ingrédient principal. C’est un plat de porc avec du chou aigre et des pommes de terre bouillies. Sa préparation est très simple. Seuls le chou, la viande et l’orge perlé sont mis dans une marmite et bouillis jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Les pommes de terre sont cuites séparément et servies comme plat d’accompagnement. Fait intéressant concernant l’un des ingrédients de ce plat : l’orge est cultivée sur ce territoire depuis plus de 4 000 ans, ce qui en fait un ingrédient apprécié des habitants. Il est courant que les restaurants servent ce plat avec du pain de seigle. Que boire avec le mulgikapsad ? Si vous voulez vivre une expérience traditionnelle et authentique, demandez du lait fermenté comme boisson.

Les Pirukas

Vous avez certainement entendu parler et même mangé des Pirukas, car ce snack s’est internationalisé et vous pouvez aujourd’hui en trouver dans une grande partie de l’Europe. Si nous voulons le comprendre sans le connaître, nous devrions dire qu’il s’agit d’une tourte à la viande faite dans le style estonien. Disons que la tournure donnée par la cuisine estonienne à cette tarte est l’ajout d’oignons et d’œufs. Les Estoniens ont l’habitude de préparer différents types de plats délicieux pour la nuit précédant Noël, l’un des meilleurs jours pour manger dans le pays. C’est le cas des Pirukas, qui, bien que consommés toute l’année, sont incontournables sur les tables des familles estoniennes lors du réveillon de Noël.

Le Silgusoust

Un plat avec du lard, de la crème et du poisson est le plus souvent possible dans les mélanges alimentaires typiques de l’Estonie. C’est le cas du silgusoust, un plat estonien dont le protagoniste est un sprat de la mer Baltique, une sorte de hareng, proche de celui connu en Espagne mais plus petit. La crème utilisée est, bien sûr, acide, car comme nous vous l’avons dit, les Estoniens n’ont pas l’habitude de goûter un produit laitier sans qu’il ait une touche d’acide. Le lard est d’abord frit dans sa propre graisse, et c’est dans cette graisse que le plat est préparé sans avoir besoin d’aucune autre sorte d’huile.

Le Rossolje

Les ingrédients sont pour 4 personnes :

  • 500 g de filets de harengs Matjes
  • 500 g de viande de boeuf cuite (viande à pot-au-feu)
  • 5 betteraves rouges cuites
  • 3 pommes de terre cuites
  • 3 gros cornichons doux ou aigre-doux
  • 2 pommes (plutôt petites)
  • 1 oignon cru
  • 2 oeufs durs
  • 25 cl de crème fraîche épaisse
  • 15cl de crème fraîche liquide
  • 3 cuillères à soupe de moutarde
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • de l’aneth ciselé
  • sel et poivre.

Préparation :

  • Couper les filets de harengs, la viande de boeuf, les betteraves rouges, les pommes de terre, les cornichons, les pommes, les oeufs et l’oignon en cubes.
  • Verser la crème fraîche dans un saladier, ainsi que la moutarde, le sucre, le sel et le poivre.
  • Mélanger le tout. Ajouter du sel et du poivre si nécessaire.
  • Laisser au réfrigérateur pendant une demi-heure et servir en saupoudrant d’un peu d’aneth. Déguster sur des tranches de pain toastées, du pain de mie ou tel quel.

Le gâteau au fromage blanc (kohupiimakook)

Ingrédients pour la pâte du gâteau :

  • 4 dl de farine
  • 4 cuillères à soupe de sucre
  • 2 oeufs
  • un peu de sel.

Ingrédients pour la farce :

  • 1 kg de fromage blanc
  • 6 oeufs
  • 4 dl de sucre
  • 4 dl de crème fraîche épaisse
  • 6 cuillères à soupe de farine
  • 2 cuillères à café de sucre vanillé
  • zeste d’un grand citron
  • 2 dl de raisins secs.

Préparation :

  • À l’aide d’un batteur, mélanger le beurre et le sucre et ajouter ensuite un par un les oeufs. Ajouter la farine et le sel et travailler au batteur jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Recouvrir entièrement la plaque de papier sulfurisé.
  • A l’aide d’un rouleau, étaler la pâte sur le papier et la mettre sur la plaque.
  • Pour la farce, battre les jaunes d’oeuf au sucre, ajouter le fromage blanc, la crème, la farine et les raisins.
  • Battre les blancs en neige très fermes, verser sur les autres ingrédients et l’incorporer délicatement au mélange à l’aide d’une cuillère à soupe.
  • Verser sur la pâte et faire cuire à 200 degrés de 35 min à 40 min, jusqu’à ce que la farce au fromage soit ferme et dorée.
  • Une fois le gâteau refroidi, couper en carré.

Le Verivorst

Si vous allez en Estonie et que vous ne goûtez pas à l’un de ces boudins noirs traditionnels, vous avez manqué une partie très importante de leur culture gastronomique. Les Estoniens en raffolent, non seulement ils en mangent toute l’année, mais le dîner du réveillon de Noël est un incontournable. Ce boudin est rôti avec des morceaux de porc et des pommes de terre. Quelles saveurs trouverez-vous dans cette saucisse ? L’ail, la marjolaine, le piment de la Jamaïque et, bien sûr, le sang. Je suis sûr que vous savez que tous ces ingrédients sont cuits dans l’intestin du porc. Lorsqu’il est prêt, ne manquez pas de l’accompagner de beurre fermenté, de crème aigre et de choucroute : oui, les Estoniens ont un palais très acide. Si vous voulez le servir avec une sauce qui n’est pas fermentée, mais que vous voulez quand même le faire de façon traditionnelle, vous trouverez sûrement une compote d’airelles qui est habituellement servie avec le boudin.

La truite

À ce stade, nous devons dire que, selon une rumeur de la dernière décennie, la cuisine estonienne est simple. Nous ne sommes pas tout à fait d’accord avec cette affirmation, ici au Happy Traveller, car comme vous l’avez vu, la préparation d’un boudin noir, d’un flan de porc et même d’un plat de harengs au lard n’est pas simple du tout. Cependant, il existe d’autres plats très simples mais délicieux et très traditionnels. C’est le cas du Forell, un plat de truite fumée à la mode estonienne. Vous ne serez pas surpris d’apprendre qu’il est servi avec de la crème aigre, de la choucroute et des pommes de terre.

La soupe seldjanka

Cette soupe va de pair avec l’une des plus importantes célébrations des Estoniens, et non, ce n’est pas Noël, mais la célébration de la tradition païenne du solstice d’été. Les 23 et 24 juin sont les jours fériés les plus importants du calendrier estonien, qui, outre le fait qu’ils étaient autrefois consacrés au solstice, ont été fusionnés depuis le siècle dernier avec la célébration de la victoire de l’Estonie sur l’Allemagne. Le fait est que cette nuit-là, les gens jouent, font la fête, s’amusent, mangent et rient. Il est 10 heures du soir et il y a encore assez de lumière dans le pays pour lire un livre. Le lendemain, après tant de fêtes, les Estoniens préparent la sejanka, une soupe pour reprendre des forces. Comme prévu, il s’agit d’une soupe aigre-douce à base de tomates, d’oignons, de concombres fermentés, d’assaisonnements et de viande.

Le sandwich ouvert

Avez-vous déjà mangé un sandwich ouvert ou un sandwich unilatéral ? Oui, ce sont ces pains qui sont garnis de viande, de légumes ou d’œufs, et qui n’ont besoin que d’un autre pain pour être un sandwich traditionnel. Eh bien, c’est le cas du Kiluvoileib, un sandwich typique de la cuisine traditionnelle estonienne. Le pain est non seulement tartiné de beurre mais aussi de munavoi, un mélange d’œuf et de lait fermenté. Sur le pain, vous avez plusieurs petits filets ou harengs qui sont complétés par des œufs durs ou des oignons verts. Il est également courant de trouver des légumes frais avec le sandwich. Bien qu’il soit généralement servi lors d’occasions festives, vous êtes sûr de le trouver dans les restaurants locaux.

Le Kisell

Comme pour la nourriture, cette entrée typique de l’Estonie se terminera également par un dessert : le Kissel estonien. Ce plat de fruits visqueux est une sorte de jus sucré à base de baies, de mûres et d’autres fruits rouges. En outre, pour obtenir une consistance moins liquide, on ajoute de l’amidon de maïs, de la fécule de pomme de terre ou de l’arrowroot. On le trouve parfois préparé avec du vin rouge : c’est notre préféré car il lui donne un fini plus sec. Si vous êtes familier avec la cuisine nord-allemande, elle ressemblera sûrement au Rote Grûtze, un dessert aux fruits rouges dont l’histoire est très ancienne.

 

La recette des Vastlakuklid ou buns fourrés à la chantilly

Ingrédients pour les Vastlakuklid :

  • 25 cl de lait tiède
  • 25 gr de levure de boulanger fraîche
  • 400 à 500 gr de farine
  • 100 gr de beurre fondu
  • 1 œuf
  • 1/2 c. à café de cardamone
  • 1 et 1/2 c. à soupe de sucre
  • Une pincée de sel
  • 40 cl de crème liquide entière
  • 1 gousse de vanille
  • 1 sachet de Chantifix
  • Sucre glace

Préparation des Vastlakuklid :

  • Faire fondre le beurre et le laisser tiédir. Faire tiédir le lait également.
  • Dans un robot, mettre la levure fraiche émiettée et le sucre. Mélanger avec une cuillère à soupe.
  • Ajouter le lait tiède et 200 gr de farine. Bien mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène.
  • Couvrir le saladier avec un torchon, le placer dans un endroit chaud et laisser reposer 10 minutes environ.
  • Ajouter la cardamome, le sel, le beurre, l’œuf battu et 200 gr de farine.
  • Mettre au pétrin du robot et laisser travailler la pâte pendant 5 minutes environ. Si la pâte colle encore, ajouter petit à petit de la farine des 100 gr restant.
  • Couvrir le bol et le laisser reposer au chaud pour 1 heure.
  • Mettre la pâte sur un plan de travail fariné. La dégazer et découper la pâte en 15 petits morceaux. Fariner les mains et former des boules pour réaliser des « buns ».
  • Préchauffer le four à 220°C.
  • Les disposer sur des plaques allant au four en les espaçant et laisser reposer pendant 15 minutes.
  • Enfourner les plaques pour 10 à 15 mn jusqu’à ce que les buns soient dorés.
  • Dès que les buns sont cuits, les sortir du four, les mettre tous sur une même plaque et les laisser refroidir en les recouvrant d’un torchon pour qu’ils restent moelleux.
  • Monter la crème liquide en chantilly. Quand elle commence à mousser, ajouter un peu de sucre glace. Ajouter les graines de la gousse de vanille et le sachet de Chantifix et continuer de fouetter jusqu’à ce qu’elle soit bien ferme. La débarrasser dans une poche à douille et la réserver au frais.
  • Couper le dessus des buns.
  • Les creuser un peu à l’intérieur pour les garnir
  • Les remplir de chantilly et remettre les chapeaux.
  • Les garder au frais le temps de les déguster. Avant de les servir, les saupoudrer de sucre glace.

 

 

 

En savoir plus sur les allergies alimentaires et mieux les gérer !
Le légume oublié qui revient en force : focus sur le cresson, bienfaits et recettes !