Top 6 des meilleures spécialités alsaciennes à vite découvrir !

spécialités alsaciennes

Publié le : 04 juillet 20237 mins de lecture

C’est bien connu ! L’Alsace est une région immense qui abrite des monuments historiques d’exception. Son histoire n’est pas sa seule richesse. La région est également riche en saveurs traditionnelles et gastronomiques. Les spécialités alsaciennes vous transportent vers les plus belles époques. Découvrons alors les 6 meilleures recettes alsaciennes.

Plats alsaciens entre vins et plats traditionnels

Réputée pour son atmosphère chaleureuse, la belle région alsacienne a tout pour plaire. Non seulement, son climat est favorable à la production du vin, mais elle offre également un voyage culinaire aux visiteurs. Chaque recette traditionnelle a une histoire qui a marqué les grandes époques. Déguster les spécialités alsaciennes en suivant ce lien, c’est faire des découvertes gustatives. Les bons petits plats alsaciens se savourent aussi bien en hiver qu’en été. Une escapade en Alsace permet de découvrir ses spécialités culinaires riches en tradition et en produits alsaciens. En plus de ses recettes traditionnelles, l’Alsace est également réputée pour ses Grands Crus. Terre de contrastes, le territoire profite d’une grande diversité de paysage et de terroirs. Le climat est à la fois ensoleillé et sec, sans parler des sols situés sur des pentes remarquables. Ces deux conditions sont propices à la culture du vin. Il faut absolument accompagner les plats alsaciens avec une sélection de vins authentiques : Mandelberg, Froehn, Gewurstraminer, Riesling, Rosacker, Sonnenglanz…

1. La flammekueche

La flammekueche est l’une des meilleures spécialités alsaciennes. Il s’agit, plus précisément, d’une tarte flambée. C’est-à-dire qu’elle est cuite au four à bois très chaud. Ainsi, son nom vient de sa cuisson à la flamme. Cette tarte flambée fait la particularité de la région. Elle se prépare avec une pâte à pain rectangulaire et fine. Pour compléter la pâte, on ajoute d’autres ingrédients, telles que les lardons, les rondelles d’oignons, le fromage blanc et la crème fraîche. Ce plat représente toutes les valeurs de cette région. On peut le déguster aussi bien en hiver qu’en été. Il est possible d’ajouter d’autres ingrédients pour lui donner une saveur unique : champignon, fromage, saumon…Comme accompagnement, on recommande un verre de Schnaps.

2. Le bretzel

Saviez-vous qu’en 2022 l’Allemagne a demandé l’entrée de ce plat alsacien au patrimoine mondial immatériel de l’Unesco ? Le bretzel est l’un des produits alsaciens les plus connus. Il s’agit d’un petit pain brioché dont la forme a l’apparence d’un nœud. Ce pain se consomme bien souvent en apéritif ou bien en encas. L’origine de ce plat reste floue étant donné qu’il est présent en Alsace, en Allemagne, en Suisse alémanique et en Autriche. D’après l’histoire qu’on raconte, le bretzel aurait été élaboré avec des restes de pâte par un moine. Ce dernier s’inspirait des bras croisés de ses disciples pour inventer la forme du pain. Pour d’autres, il serait issu des mains d’un boulanger condamné pour avoir trop cuit son pain. En dégustant le fameux bretzel alsacien, les locaux n’hésiteront pas à vous raconter les origines de sa création et les légendes populaires autour de cette recette.

3. Le pain d’épice

En plus du bretzel et de la tarte flambée, le pain d’épices alsacien est aussi un plat typique de la région. Il s’agit d’un grand classique qui a traversé le temps et les âges. Ce pain aux saveurs épicées fait toujours son effet dans la bouche. On retrouve de nombreuses formes de pain d’épices, dont le pain d’épices tranché. Il peut aussi arborer d’autres formes, tels que le cœur. Ce plat se déguste idéalement en hiver. Le pain d’épices alsacien se distingue par son mode de préparation et pour sa longue conservation. Son élaboration est un travail de titan pour la plupart des fabricants, car il faudrait faire reposer une masse mère pendant plusieurs mois. On choisit ensuite les meilleures épices, dont la cannelle, la noix de muscade, le gingembre et l’anis étoilé. Il ne reste plus qu’à étaler et découper la pâte, puis de la dorer avant de la cuire au four.

4. La choucroute

La région du chou offre une multitude de préparation culinaire à base de choucroute. D’après l’histoire racontée, elle puiserait ses origines en Asie au IIIe siècle. Les Huns auraient quitté leurs travaux de construction de la Grande Muraille de Chine pour se réchauffer dans les plaines en laissant le chou. A leur retour, ce dernier aurait fermenté. Le mot « choucroute » signifie en allemand Sauerkraut ou chou aigre. Pour la préparation du chou blanc, il en existe toute une variété. Les plus courantes sont le quintal d’Alsace, Filderkraut, Krautkaiser et Brunswick. Avant la cuisson, la fermentation du chou avec des baies de genièvre est obligatoire pendant une semaine. On le fait cuire avec des pommes de terre, du lard et de la bière. Certaines versions sont composées d’oignons, de pommes, de cumin et autresproduits alsaciens.

5. Le Kouglok

Le Kouglok est une spécialité de Strasbourg et il rentre dans la gastronomie française. Il s’agit d’une pâte levée sucrée à base de raisins secs, d’amandes entières, de kirsch ou bien de rhum. Ce plat est aussi décliné en version salée. Cette fois-ci, la pâte est associée avec des noix et des lardons. Pour la cuisson, on le met dans un moule spécial. Cette spécialité culinaire est une brioche traditionnelle qui se déguste pour les grandes occasions, soit lors des fêtes de Pâque et de fin d’année. N’hésitez pas à savourer une version du Kouglok composée de sirop à la fleur d’oranger et de l’orange confite. Certaines recettes mettent en avant le goût authentique du Marc de Gewurztraminer et que l’on peut accompagner d’une gelée de fleur de sureau ou d’un foie gras d’oie.

6. Le spätzle

En allemand, ce mot signifie « moineaux ». Lorsque le spätzle est bien cuit, il forme un nid d’oiseaux. Cette recette provient de l’Allemagne, de la Suisse, de l’Autriche, du nord de l’Italie et bien sûr de la France. Il s’agit des pâtes constituées de farine, de sel, d’eau et d’œufs. A une certaine époque, la pâte était étalée sur une planche humide et on la découpait en fines lanières. Puis, on les faisait tomber dans l’eau bouillante. De nos jours, on utilise une machine pour sauter l’étape complexe de la découpe. Après la cuisson de la pâte, on prépare les ingrédients. On l’accompagne d’une sauce à base de champignons, d’ail des ours-chèvre-miel, du munster ou du safran. Un vrai régal pour les papilles !


Trouver un bon restaurant japonais à Genève
Organiser une dégustation de whisky à domicile, comment s’y prendre ?

Plan du site